La Défense : un nouveau quartier de vie prend forme entre l'Arche et Nanterre

Projets urbains
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le secteur des Jardins de l’Arche, dont la mutation complète s’achèvera d’ici 2018, doit incarner le "nouveau visage" de La Défense. C’est en tout cas l’ambition de l’Epadesa : faire en sorte que le quartier d’affaires puisse vivre en-dehors des heures de bureau.
Mais c’est d’abord "un projet de lien, de connexions", précise Olivier Schoentjes, directeur de l’aménagement urbain secteur Est à l’Epadesa. Eléments structurants du nouveau quartier, les espaces publics, dont une promenade de 600 m de long livrée en partie d’ici à la fin de l’année et le jardin de Gilles Clément (rénové en 2017 par Defacto) – seul espace vert du quartier -, relieront la dalle centrale aux Terrasses de Nanterre, en passant par le quartier Valmy, en périphérie, et "absorberont également le dénivelé de 13 m entre l’Arche (dont la ré-ouverture du toit est prévue pour début 2017) et le boulevard Aimé Césaire".
A terme, la desserte en transports en commun sera renforcée de chaque côté du quartier, avec le prolongement d’Eole et la future ligne 15 du Grand Paris Express. 
Au pied de la jetée de l’architecte Paul Chemetov (réalisée en 1996), qui sera rénovée pour une ré-ouverture au public en 2017, l’Epadesa prévoit d’installer entre 1 500 et 2 000 m2 d’espaces commerciaux directement accessibles depuis les espaces publics (et 6 000 m2 au total pour le quartier). L’Etablissement a, d’ailleurs, lancé un AMI "le moins prescriptif possible" pour sélectionner des opérateurs du commerce, des services et de l’événementiel. Objectif : animer le cœur du quartier jusqu’au parvis de la future Arena, en alternant espaces éphémères et pérennes (choix des équipes : fin 2016). L’aménagement des espaces publics répond à de nombreuses problématiques au premier rang desquelles la gestion des flux, et notamment des 15 000 spectateurs qui accéderont à l’Arena depuis le parvis. L’idée étant d’accueillir plus de 60 événements par an. "Il a fallu redimensionner les espaces publics, les rendre à la fois robustes et accueillants", indique l’Epadesa. 
Un quartier pour tous
Mais pour faire vivre cet espace, de jour comme de nuit, les instigateurs misent également sur la mixité des populations. Dans ce cadre, plusieurs livraisons sont prévues entre fin 2016 et début 2018. L’IESEG, école de commerce de 8 000 m2, ouvrira ses portes à la rentrée 2017. L’établissement se situe au pied de la tour Skylight, laquelle signe le retour du logement à La Défense. "Il s’agit du premier immeuble résidentiel construit depuis 30 ans", se réjouit l’Epadesa. Skylight, livrée en 2018, comprendra près de 170 chambres étudiantes (pour le compte de Gecina) et 80 logements en accession libre. En face, la tour ONE (Les Nouveaux Constructeurs), livrable l’année prochaine, mixe également logements classiques et étudiants. Actuellement, six appartements restent à vendre, essentiellement des duplex. Et à proximité immédiate, la pièce maîtresse du projet : l’Arena Nanterre-La Défense, salle de spectacles culturels et sportifs de 40 000 places imaginée par l’Atelier Christian de Portzamparc. Ce lieu, dont l’ouverture est envisagée pour l’automne 2017, disposera d’un centre de séminaires, de boutiques, de commerces, de buvettes… et intègre également un immeuble de 31 000 m2 de bureaux. Une salle de concerts en milieu dense donc, à quelques mètres des habitations… Mais on nous l’assure, le traitement de l’acoustique est tel qu’il ne devrait y avoir aucune gêne pour les riverains… En face, la tour hôtelière de CitizenM (170 chambres) ouvrira au cours du premier semestre 2017. Un quartier où se côtoieront donc étudiants, habitants, touristes et salariés. (JS)

Articles sélectionnés pour vous

CAIV - Carnet d'adresses de l'immobilier de la ville

Traits Urbains n°130/131 vient de paraître !

Couv TU129 250 002