21
septembre 2018

JO : quelles conditions pour un héritage urbain réussi ?

Projets urbains
Outils
TAILLE DU TEXTE
Quelles conditions réunir pour que les Jeux Olympiques et paralympiques 2024 laissent un héritage urbain et immobilier réussi ? C'est la question posée par la Chaire immobilier de l'Essec, le 10 octobre. "Il n'y aura pas d'éléphant blanc", les intervenants de la table ronde l'assurent. Parmi eux, Patrick Supiot, directeur adjoint de Vinci Immobilier, qui possède un tiers du foncier destiné à accueillir le Village olympique (VO), sur l'Ile-Saint-Denis, explique : "le village sera réussi car ses deux tiers sont pensés depuis des années par Plaine Commune. Les Jeux s'intégreront dans les développements immobiliers et urbains en cours". Céline Daviet, directrice de cabinet de la communauté d'agglomération, confirme : "le projet olympique est venu épouser celui du territoire". Autrement dit, le VO sera conçu afin "de respecter les équilibres territoriaux". Tandis que les 17 000 lits prévus pour les athlètes doivent devenir, à terme, 5 000 logements, l'enjeu est, selon le promoteur, "la transformation de ces logements dans des détentions mixtes pour une répartition patrimoniale équilibrée en cohérence" avec la stratégie de Plaine Commune. Or, "maintenir cette mixité est complexe : dans les deux ans, nous devrons proposer un cadre juridique et financier solide", (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE