13
novembre 2018

François de Rugy, le pragmatique, succède à Nicolas Hulot

Politique
Outils
TAILLE DU TEXTE

L'utopiste laisse place au pragmatique. Ce mardi 4 septembre, à l'hôtel de Roquelaure, Nicolas Hulot a passé le relais à François de Rugy. Le désormais ancien ministre espère que son successeur, 45 ans cette année et jusqu'alors président de l'Assemblée nationale, réussira là où il dit avoir échoué : rassembler "deux cultures : l'économie et l'écologie".

François de Rugy, militant écologiste de longue date et membre du parti d'Emmanuel Macron depuis 2017, arbore déjà un style plus terre à terre. On le dit plus "réaliste" que son prédécesseur, dont il a salué et listé les actions concrètes. "Je m'appuierai sur ces acquis précieux que tu as gagnés pendant ces quinze derniers mois".
Le nouveau ministre entend agir "avec méthode, détermination et persévérance", et rappelle que "l'écologie n'est pas une contrainte mais une opportunité", d'abord "pour les conditions de vie de chacune et de chacun", ainsi qu'une "formidable opportunité économique, pour créer des activités nouvelles, et des emplois". Il l'assure, "le progrès c'est l'écologie". Et "ce ne sont plus les Français qu'il faut convaincre" ; c'est d'ailleurs sur les aspirations de la société civile - citoyens et associations - qu'il compte s'appuyer. Puis "fédérer et rassembler" les parlementaires "pour dépasser les conservatismes". Sa méthode, il la fonde "sur le dialogue", et "la décision", pour "négocier oui, mais avancer toujours", car "il y a des chantiers importants", dont la politique de l'énergie ou encore la loi LOM (Loi d'orientation des mobilités), actuellement en Conseil d'Etat.