16
octobre 2018

Montpellier se veut "métropole productive et compacte"

Politique
Outils
TAILLE DU TEXTE
Philippe Saurel, maire (DVG) de Montpellier et président de la métropole, a signé avec la chambre d'agriculture de l'Hérault, le 20 avril, un accord qui consacre la règle, portée par le Schéma de cohérence territoriale (Scot), de réserver deux tiers du territoire métropolitain aux espaces naturels et agricole, et de contenir l'urbanisation sur le tiers restant. Intitulé "Montpellier territoires, une métropole productive", l'accord vise la "valorisation des initiatives destinées à promouvoir l'agriculture locale et les circuits courts dans un objectif de transition alimentaire". Il promeut la "mobilisation du foncier public de la métropole" pour l'installation d'exploitants, ainsi que la "création, dès 2019, d'association foncières agricoles autorisées par la métropole et les communes afin de remobiliser les terres agricoles dormantes" du territoire. Un "observatoire du foncier agricole et naturel" doit, en outre, être créé prochainement. Le Scot en cours de révision affiche, de son côté, l'ambition de "définir de manière durable les limites du développement urbain". Après le Scot de 2006 qui "a permis d'enrayer l'étalement urbain et la consommation d'espace", ce document limite à 1 510 hectares la consommation d'espaces pour l'urbanisation (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE