Le Plan de protection de l'atmosphère de la région approuvé

Politique
TAILLE DU TEXTE

Le Plan de protection de l'atmosphère (PPA) de la région a été approuvé par arrêté inter-préfectoral en date du 31 janvier 2018, à l'issue d'un processus participatif entre le conseil régional, les collectivités territoriales, les entreprises, les associations et des représentants des secteurs d’activités émettrices de polluants atmosphériques, ainsi que les Franciliens. Consultation qui a permis de dégager 500 observations. "Ce plan ambitieux associé à l’action nationale et à l’action des collectivités va permettre la reconquête de la qualité de l’air au plus tard pour 2025. Mais il ne faut pas oublier que nous sommes tous, à titre individuel, acteurs de cette reconquête, car en changeant nos pratiques quotidiennes, nous pouvons tous agir pour un air plus sain", souligne Michel Cadot, préfet de la région Ile-de France.

Plus précisément, le PPA comprend 46 actions à mettre en œuvre avant 2020 au moyen de 25 outils. Il s'adresse à tous les secteurs d'activité (aérien, agriculture, industrie, résidentiel et transports), et vise en particulier le chauffage au bois et le trafic routier. "800 000 ménages franciliens utilisent un équipement de chauffage au bois peu performant générant près de 29 % des émissions de particules. Le trafic routier représente 61 % des émissions de dioxydes d’azote", précise la préfecture. Le plan est une incitation aux changements de comportements (favoriser les modes de transports actifs ou encourager les agriculteurs à revoir les pratiques d'épandage d'engrais par exemple). "Il prescrit également des valeurs limites d’émissions plus contraignantes que la réglementation nationale pour les installations industrielles de combustion et de traitement de déchets", ajoute la préfecture. Cette dernière revient notamment sur les aides financières existantes : 5,85 M€ aux collectivités pour la mobilité propre en cinq ans, 1,09 M€ par l'Ademe dans l’Essonne pour le renouvellement des appareils de chauffage individuel au bois, près de 60 M€ pour l'acquisition de véhicules plus propres, etc.

Rappelons que 5 000 personnes sont mortes prématurément en 2015 en raison de la pollution atmosphérique en Ile-de-France. L'impact économique de ce fléau est évalué à 8 Md€ (1 % du PIB). 

> Plus d'informations sur : www.maqualitedelair-idf.fr

UI Abonnement

Banniere Traits Urbains 86 250