Catherine Linder : Paysagiste-Urbaniste

Les acteurs
Outils
TAILLE DU TEXTE
Dans une carrière, il y a quelques moments-charnières. Pour Catherine Linder le premier est arrivé très vite : quatre ans après la création de son agence de paysage en 1998, la Strasbourgeoise s’est mise à plancher sur le dossier de l’aménagement des Rives du Bohrie à Ostwald, pour le remporter in fine. Cette Zac de 50 hectares de la communauté urbaine (Eurométropole aujourd’hui) de Strasbourg constituait un projet alors avant-gardiste, voulu visionnaire de la nature structurante en ville, de la fabrication de l’urbain à partir de l’eau, de la végétation et du paysage, et qui s’est traduit par ce ratio: deux-tiers de surfaces non-urbanisables. « Cette opération, c’est encore mon fil rouge », confie Catherine Linder. Parce qu’il se poursuit encore quelques années, et plus encore parce qu’il lui donne l’occasion d’un retour sur site essentiel : « J’ai très vite eu le souci de revenir sur un projet une fois celui-ci bien lancé, pour (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour vous abonner :

Je m'abonne
PACK DIGITAL

Articles sélectionnés pour vous

CAIV - Carnet d'adresses de l'immobilier de la ville

Couv TU122 250