11
décembre 2018

Les aménageurs face au défi de la rentabilité des opérations de régénération urbaine

Projets urbains
Outils
TAILLE DU TEXTE
La régénération urbaine était au menu de la dernière rencontre du réseau national des aménageurs. Organisée sous l’égide du ministère de la Cohésion des territoires, la rencontre du réseau national des aménageurs a réuni, le 22 novembre, à Paris, 370 personnes autour de la question : comment relever le défi de la sobriété foncière en aménagement opérationnel ? Le thème était plus simplement celui de la rentabilité des opérations de régénération urbaine, exposé à travers plusieurs témoignages. Pour les promoteurs et autres opérateurs, le problème n’est pas la difficulté de trouver du foncier, mais celui d’en tirer une rentabilité. Ce qu’Olivier Morlet, directeur du développement aménagement chez Adim, a qualifié de "transmutation du plomb en or". Pour lui, "le prix des logements rend les propriétaires fonciers gourmands. Et la cherté du foncier rend plus difficile la régénération urbaine. Mais si le prix du foncier est trop bas, c’est signe d’une faiblesse du marché qui rend toute opération risquée". A Bordeaux, le prix du logement flambe et selon Jacques Mangon, vice-président à la stratégie (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE