19
septembre 2018

22e université d’été des urbanistes : comment gérer les contradictions ?

Politique
Outils
TAILLE DU TEXTE
La 22e université d’été de l’urbanisme, organisée par le Conseil français des urbanistes (CFDU) du 29 au 31 août à Besançon, a exploré le rôle des professionnels face à "l’alter-urbanisme" autour d’une question : "réparer la ville ou changer la société ?". La sociologue Marie-Christine Jaillet s’interroge : "la ville à laquelle aspirent les gens" - aspirations contradictoires, entre tranquillité et sociabilité, individualisme et recherche du commun, mobilité et ancrage… - "est-ce celle que fabriquent les urbanistes ?", convaincus de faire de la ville "bonne à vivre" ? D’autant qu’ils sont confrontés, selon Véronique Biau, architecte-urbaniste en chef de l’Etat et sociologue, à la "montée des logiques néo-libérales dans la fabrication de la ville" parallèlement au "souci d’instaurer des modalités de délibération démocratiques sur le 'bien commun' que représente l’espace public". Une dualité qui pourrait produire "une nouvelle génération d’'alter-urbanistes' capables d’hybrider des savoirs instrumentaux, qui répondent aux gages d’efficacité attendus par leurs commanditaires et clients, et des savoir-faire et compétences relationnelles" en (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE