Salon de l'Amif : les maires ont le blues... Mézard tente de les rassurer

Politique
Outils
TAILLE DU TEXTE
Représentants de l'Etat, députés, sénateurs, présidents d'intercommunalités et maires évidemment...  Tous les échelons politiques étaient représentés lors de la cérémonie d'ouverture du salon de l'Association des maires d'Ile-de-France (Amif), le 10 avril, au Paris Event center de la porte de la Villette (Paris 19e). Le premier discours inaugural a été prononcé par Stéphane Beaudet, président de l'Amif (également maire LR de Courcouronnes et vice-président de la région). Ce dernier est d'abord revenu sur le rôle mouvant de l'élu local dans "une période charnière", marquée par de profondes réformes législatives et des mutations sociales : "notre pays change, la population change". Les sujets aussi : "aujourd'hui, on nous parle de charge sur les foyers", souligne le président. Le regard comptable et l'omniprésence de Bercy a été un fil rouge durant les trois jours de salon. Stéphane Beaudet a également mis le doigt sur le sentiment de résignation ambiant : "de moins en moins de candidats, un record de démissions" - évoquant celle de Stéphane Gatignon, ancien maire de Sevran (93), qu'il s'agisse "de territoires urbains, périurbains ou ruraux". Toujours plus de responsabilités et de moins en (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE