Zone à basse émission : la région dit oui, mais non sans une prime à la casse

Politique
TAILLE DU TEXTE
La région se dit favorable à l'extension du dispositif Zone à basse émission (ZBE) - en vigueur à Paris uniquement - jusqu'à l'A86, et se dit prête à "avancer avec les autres collectivités sur cette idée", mais seulement si l'Etat met en place une prime à la casse "pour ne pas pénaliser les Franciliens qui sont obligés de prendre leur voiture, faute d'un accès suffisant aux transports en commun". La ZBE, qui restreint le nombre de véhicule les plus polluants, "ne doit pas créer de fracture sociale au sein de l'Ile-de-France". C'est à la puissance régalienne d'accompagner cette initiatives de "mesures de compensation fortes", insiste le conseil régional. D'autant "que le gouvernement a acté le retard du Grand Paris Express alors même que ces lignes de banlieue à banlieue auraient favorisé le report modal vers les transports en commun". Et tandis que des études sont en cours pour mener à bien l'extension de la ZBE, la région exige que son organisme, l'IAU, soit associé aux travaux.    

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE

UI Abonnement

Banniere Traits Urbains 86 250