En 2018, l'Anru veut accélérer la mise en œuvre du NPNRU

Politique
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le nouveau président de l'Anru, Olivier Klein, nommé en novembre dernier, "comprend l'impatience des élus locaux" pour mettre en œuvre le Nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU). Il l'interprète d'ailleurs comme "la meilleure preuve du succès du premier programme" (2004-2015), pour lequel il ne reste plus qu'environ 1,5 Md€ à engager sur les 12,5 Md€ budgétés. C'est pour cela que l'élu local, maire (PS) de Clichy-sous-bois (93), a indiqué, lors des vœux de l'agence à la presse, le 31 janvier, vouloir "accélérer la mise en œuvre" du NPNRU en 2018. Son objectif : que la totalité des 116 conventions de renouvellement urbain soient signées cette année pour les quelque 200 quartiers d'intérêt national. A ce jour, seules trois ont été actées : Rennes, Pau et Poitiers.

L'Agence nationale pour la rénovation urbaine mène donc une réflexion, "à la fois avec les partenaires locaux et l'Etat", sur la façon de "fluidifier, simplifier, accélérer" les processus. Son président estime ainsi que les protocoles pourraient être moins détaillés et moins "rigides, dans la mesure où on sait que le projet évoluera dans le temps". Et de donner un seul exemple : "sur le projet de Clichy-Montfermeil, on ne pouvait pas savoir, en 2004, au moment de la signature de notre convention au premier PNRU, qu'une gare du Grand Paris Express serait construite. Or cela change forcément le projet urbain". 

Le doublement des fonds à 10 Md€ effectif ou en voie de l'être

Olivier Klein a estimé que le doublement des fonds de l'Anru, de 5 Md€ à 10 Md€, était "confirmé". D'une part, la convention entre l'Anru et Action Logement fixant la participation de cette dernière à 7 Md€ a été signée le 16 janvier. D'autre part, le milliard supplémentaire de l'Etat, annoncé par François Hollande en 2016 et confirmé par Emmanuel Macron, et qui signe "le retour de l'Etat dans le financement de l'Anru", a été acté en loi de finances pour 2018. Enfin, concernant les 2 Md€ manquants, une "convention avec l'USH [Union sociale pour l'habitat] sera finalisée très prochainement", assure le président de l'agence, qui rappelle que malgré les relations tumultueuses des derniers mois entre le gouvernement et les bailleurs sociaux, "ces deux milliards n'ont jamais été mis dans la balance des négociations" et seraient donc assurés d'arriver dans les tiroirs de l'Anru. 

Reste à savoir comment répartir ce surplus budgétaire. Les principes de cette répartition seront fixés en conseil d'administration, en mars. Nicolas Grivel, le directeur général de l'agence, indique d'ores et déjà que celle-ci "ne sera pas faite au prorata" des projets. "Ce sera du cas par cas : certains projets peuvent être grandement améliorés avec un petit coup de pouce ; pour d'autres, un engagement conséquent peut être nécessaire". 

Le nouveau président de l’Anru, Olivier Klein, nommé en novembre dernier, « comprend l’im­pa­tience des élus locaux » pour mettre en œuvre le Nouveau programme natio­nal de renou­vel­le­ment urbain (NPNRU). Il l’in­terprète d’ailleurs comme « la meilleure preuve du succès du premier programme » (2004–2015), pour lequel il ne reste plus qu’en­vi­ron 1,5 Md€ à enga­ger sur les 12,5 Md€ budgétés. C’est pour cela que l’élu local, maire (PS) de Clichy-sous-bois (93), a indiqué, lors des vœux de l’agence à la presse, le 31 janvier, vouloir « accélérer la mise en œuvre" du NPNRU en 2018. Son objec­tif : que la tota­lité des 116 conven­tions de renou­vel­le­ment urbain soient signées cette année pour les quelque 200 quar­tiers d’intérêt natio­nal. A ce jour, seules trois ont été actées : Rennes, Pau et Poitiers.

L’Agence natio­nale pour la rénova­tion urbaine mène donc une réflexion, « à la fois avec les parte­naires locaux et l’Etat », sur la façon de « flui­di­fier, simpli­fier, accélérer » les proces­sus. Son président estime ainsi que les proto­coles pour­raient être moins détaillés et moins « rigides, dans la mesure où on sait que le projet évoluera dans le temps ». Et de donner un seul exemple : « sur le projet de Clichy-Mont­fer­meil, on ne pouvait pas savoir, en 2004, au moment de la signa­ture de notre conven­tion au premier PNRU, qu’une gare du Grand Paris Express serait construite. Or cela change forcément le projet urbain ». 

Le double­ment des fonds à 10 Md€ effec­tif ou en voie de l’être

Olivier Klein a estimé que le double­ment des fonds de l’Anru, de 5 Md€ à 10 Md€, était « confirmé ». D’une part, la conven­tion entre l’Anru et Action Loge­ment fixant la parti­ci­pa­tion de cette dernière à 7 Md€ a été signée le 16 janvier. D’autre part, le milliard supplémentaire de l’Etat, annoncé par François Hollande en 2016 et confirmé par Emma­nuel Macron, et qui signe « le retour de l’Etat dans le finan­ce­ment de l’Anru », a été acté en loi de finances pour 2018. Enfin, concer­nant les 2 Md€ manquants, une « conven­tion avec l’USH [Union sociale pour l’ha­bi­tat] sera fina­lisée très prochai­ne­ment », assure le président de l’agence, qui rappelle que malgré les rela­tions tumul­tueuses des derniers mois entre le gouver­ne­ment et les bailleurs sociaux, « ces deux milliards n’ont jamais été mis dans la balance des négocia­tions » et seraient donc assurés d’ar­ri­ver dans les tiroirs de l’Anru. 

Reste à savoir comment répartir ce surplus budgétaire. Les prin­cipes de cette réparti­tion seront fixés en conseil d’ad­mi­nis­tra­tion, en mars. Nico­las Grivel, le direc­teur général de l’agence, indique d’ores et déjà que celle-ci « ne sera pas faite au prorata » des projets. « Ce sera du cas par cas : certains projets peuvent être gran­de­ment améliorés avec un petit coup de pouce ; pour d’autres, un enga­ge­ment conséquent peut être nécessaire ». 

Articles sélectionnés pour vous

UI Abonnement