17
décembre 2018

Les principaux axes de la future convention quinquennale 2018-2022 entre Action Logement et l'Etat

Politique
Outils
TAILLE DU TEXTE
Plus de 800 personnes participaient, mardi 21 novembre, à la troisième assemblée annuelle du groupe Action Logement. Elle a donné lieu à plusieurs débats, consacrés en particulier à la question des mobilités et à celle de l’évolution du modèle du logement social, mais surtout à la signature d'une série d’engagements avec l'Etat au service de l’accès au logement. A l’issue de cette matinée, Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, Julien Denormandie, secrétaire d’Etat, Jacques Chanut, président d’Action Logement et Jean-Baptiste Dolci, vice-président, ont signé une lettre de cadrage qui décrit les principaux axes de la future convention quinquennale 2018-2022. S'il reste quelques détails à régler, notamment des points juridiques (gouvernance, statuts, etc), Jacques Chanut souhaitait afficher "symboliquement" qu'un accord politique était trouvé. Cette nouvelle relation contractuelle avec l'Etat fera l’objet d’une évaluation en continu "en vue d’établir la soutenabilité du modèle économique et financier d’Action Logement et de son maintien en tant que collecteur principal de la PEEC", prévient le groupe. Lutter contre la (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE