14
décembre 2018

Avenir des petites lignes, ouverture à la concurrence : les réactions au rapport Spinetta sur le financement du rail

Mobilités
Outils
TAILLE DU TEXTE
Les conclusions du rapport de Jean-Cyril Spinetta sur "l'avenir du transport ferroviaire", rendu le 15 février, ont provoqué un grand nombre de réactions. Commandé dans le cadre de l'élaboration de la loi sur les mobilités, attendue pour ce printemps, et rédigé concomitamment à la tenue des assises nationales de la mobilité, qui se sont achevées le mois dernier, le rapport se concentre sur les conditions financières du système ferroviaire français, dans un contexte d'ouverture prochaine à la concurrence, et de dette très importante pesant sur les infrastructures.  Concernant l'ouverture à la concurrence, Régions de France dit "partager globalement les recommandations" du rapport, qui préconise "que le cadre légal puisse permettre [aux régions] une mise en concurrence de tout ou partie de leur service" avant la date butoir de décembre 2023. La Fédération nationale des associations d'usagers des transports (Fnaut) s'élève, à l'inverse, contre un rapport "défaitiste" sur l'avenir du rail, et qui propose, pour ce qui est des lignes non concédées aux régions, "une libéralisation dangereuse des services TGV sous la forme de l'accès libre", alors que l'association soutient "une formule de franchise regroupant TGV et Intercités, (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE