22
avril 2018

Scellier, Duflot, Pinel... des dispositifs jugés "coûteux" et pas très "efficaces"

Immobilier
TAILLE DU TEXTE
La Cour des comptes a publié un référé, mercredi 10 avril, sur les dépenses fiscales en faveur de l’investissement locatif des ménages. Périssol, Besson, Robien, Borloo, Scellier, Duflot, Pinel : l’ensemble de ces dispositifs, dont le plus ancien a été institué en 1996, représentent 1,7 Md€ de dépenses fiscales en 2016, en hausse continue depuis 2009, année à partir de laquelle la Cour a commencé son enquête. Le montant annuel des réductions d’impôt sur le revenu consenties est ainsi passé de 606 M€ en 2009, à 1,138 Md€ en 2012, puis 1,717 Md€ en 2015. Selon elle, l’impact économique de ces aides s’avère "limité et leur efficacité en termes d’accroissement du nombre de logements locatifs accessibles est faible". Par ailleurs, ces aides sont principalement destinés à des ménages dont les revenus sont élevés, puisque "un quart des bénéficiaires appartenait en 2013 à la tranche comprise entre 71 000 € et 151 000 €, qui ne représentait alors que 2,3 % des foyers imposés". Une prolongation à 7,4 Md€ Au-delà de ces dépenses annuelles, la Cour attire l’attention sur le "coût (...)

Pour lire la suite : identifiez-vous

Vous êtes déjà abonné? La lecture de cet article nécessite d'être identifié :
Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné au titre UI, LP, CL ou TIF

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE

Banniere La Lettre De La Pierre Innovapresse 250

Banniere Guide des Investisseurs Institutionnels Innovapresse 250

Bannière cp 2016 3

Banniere CAIV Innovapresse 250