Les investisseurs français les plus actifs

L'immobilier d'entreprise
Outils
TAILLE DU TEXTE

Si on le compare aux onze premiers mois de 2015, le marché de l’investissement en immobilier d’entreprise a connu une hausse de 13 % en 2016. A fin novembre, 24 Md€ ont été engagés en France, dont 12,3 Md€ au cours d’un second semestre pas encore achevé. Les investisseurs français ont été les plus actifs (77 %), suivis par les fonds anglo-saxons (12 %). "Pour 2016, nous maintenons notre hypothèse annuelle de 28 Md€ en France, soit un quatrième trimestre de l’ordre de 8 Md€. À l’instar des autres grands marchés européens, les volumes décroissent par manque de produits core. Pour 2017, nous attendons un ralentissement de l’investissement lié en premier lieu au manque de produits core sur le marché et en second lieu à un certain attentisme dû à une croissance modérée, une augmentation des incertitudes géopolitiques paneuropéennes et la fin de la baisse des taux financiers et immobiliers", remarque Laurent Boucher, président de BNP Paribas Real Estate Advisory France.
BUREAUX FRANCILIENS. Au cours des onze premiers mois de l’année, 12,4 Md€ ont été investis (+ 19 %). BNP Paribas Real Estate anticipe un volume de l’ordre de 15,5 Md€. Les opérations de plus de 100 M€ représentent plus de 60 % des volumes transactés, contre 35 % pour celles supérieures à 200 M€. 
BUREAUX REGIONS. L’investissement a progressé de 15 %. A l’exception de Lyon et Toulouse, toutes les villes ont observé une hausse. 
COMMERCES. 3,6 Md€ ont été investis, soit une baisse de 6 %, qui s’explique par un manque de produits disponibles. Malgré tout,  compte tenu des signatures attendues courant décembre – au moins 500 M€ supplémentaires -, BNP Paribas Real Estate projette un volume de 4,2 Md€ investis dans ce secteur sur l’ensemble de l’année 2016, soit 24 % au-dessus de la moyenne décennale (3,4 Md€). Le commerce de centre-ville regroupe la moitié des volumes investis (1,7 Md€, + 64 %), tandis que le commerce de périphérie atteint la barre du milliard d’euros. 
HÔTELLERIE. Le Revpar a baissé de 5,8 % depuis le début de l’année. Les plus fortes diminutions ont été enregistrées dans Paris intramuros (- 16,1 %), Paris agglo (- 14,1 %), Nice (- 7,4 %) et Cannes (- 6,9 %). À l’inverse, on note des hausses significatives à Lille (+ 11,4 %), Nantes (+ 8,1 %) ou Toulouse (+ 8,2 %). LOGISTIQUE. Au troisième trimestre (en glissement annuel), 2,67 Md€ ont été investis en entrepôts et locaux d’activité, soit une hausse de 71 % par rapport à la même période en 2015.

L’accès à cet article est réservé aux abonnés. Si vous êtes abonné(e), merci de vous identifier pour accéder à l’article complet.

Pour en savoir plus sur les formules d’abonnements,  cliquer ici.

Articles sélectionnés pour vous

CAIV - Carnet d'adresses de l'immobilier de la ville

Traits Urbains n°130/131 vient de paraître !

Couv TU129 250 002

Les dernières vidéos

FPU 14/11/2022 – Ecoquartier fluvial de L'Île-Saint-Denis : une exemplarité olympique
FPU 14/11/2022 - Urban print, logiciel d'évaluation environnementale des projets urbains
FPU 14/11/2022 - L'Aréna, une nouvelle définition de l'urbanité
FPU 14/11/2022 – Quartier de Gares du Grand Paris : la ville du nouveau métro
FPU 14/11/2022 – Kardham Architecture face au défi climatique