Ile-de-France : La consommation d’espaces naturels, agricoles et forestiers continue de baisser

Grand Paris
Outils
TAILLE DU TEXTE
Réalisée en 2017, la dernière campagne du Mode d’occupation des sols (MOS), qui rend compte de l’affectation physique et fonctionnelle des sols franciliens, confirme la forte tendance au ralentissement de la consommation nette d’espaces Naturels, agricoles et forestiers (NAF).Avec une moyenne de 1 250 hectares par an, les années 2000 s’étaient déjà inscrites en rupture avec les niveaux élevés observés au cours des années 1990 (2 700 hectares par an). Entre 2008 et 2012, la consommation nette d’espaces NAF décroissait une nouvelle fois (650 hectares par an). Les raisons invoquées alors tenaient non seulement de la crise économique qui avait impliqué une crise de la construction, mais aussi du changement de regard porté sur ces espaces dont la préservation, portée par des évolutions réglementaires, est progressivement devenue un enjeu à part entière des projets de territoire. Entre 2012 et 2017, la moyenne baisse encore à (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE

Articles sélectionnés pour vous

UI Abonnement