Métropole du Grand Paris : l’angoisse de la frontière

Grand Paris
Outils
TAILLE DU TEXTE
Les limites théoriques et pratiques de la métropolisation ont interrogé le 6 février dernier l’édition 2019 de la conférence parlementaire sur le Grand Paris. A la Maison de la Chimie, dans le 7e arrondissement de la capitale, cette question a particulièrement divisé. "Si l’idée d’un Grand Paris est familière à la très grande majorité des Franciliens, seuls 48 % d’entre eux sont capables d’y apporter une définition", déclare Laurianne Rossi, députée (LREM) des Hauts-de-Seine, en charge de présider le congrès. C’est que dix ans après l’annonce de Nicolas Sarkozy et malgré la mise en chantier de nombreux sites, aucun périmètre, ni géographique, ni décisionnel, n’est venu institutionnaliser l’ensemble des opérations. "Entre le Grand Paris Express, énonce le député de Paris (PS) Pacôme Rupin, la MGP (qui ne rassemble qu’une partie des maires de la zone dense), et les réseaux de transport de la région Ile-de-France, le citoyen ne peut que s’y perdre. Or s’il ne comprend pas, il ne vote pas". Et la question de la lisibilité dans sa dimension démocratique n’est certainement pas étrangère au retour tardif du débat sur la gouvernance de la (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE